La petite cuisine d'Ethel


Piques niques d’août, en Dordogne
9 septembre 2009, 08:11
Filed under: fruits, légumes, Mes Editoriaux, Mes voyages | Mots-clefs: , , , ,

Direction ma ville natale, encore en gironde, accolée à la Dordogne.

Ici les vignes ont pris la place de toute autre culture. Ils sont beaux ces champs parfaitement ordonnés aux plans millimétriquement alignés. Je le dis à ma mère. Oui, non, elle s’en passerait bien. Elle les voit tous les jours. Elle, ce qu’elle aime, ce sont les coteaux ensoleillés balayés par le vent. Elle m’emmène les découvrir. Spectacle éblouissant que l’alternance de forêts et de pâturages, parfois des vergers viennent s’interposer, qui courent sur des valons gonflés d’opulence.

Au sommet d’une colline en pente douce se trouve une plage de sable. L’océan, il y a très longtemps y avait déposé ses trésors. Les lapins y ont construit leurs terriers. Je n’en avais jamais vu d’aussi près. C’est beau un lapin sauvage. Cela mérite que l’on prenne le temps de les observer. Sur les bords des fossés des herbes sauvages poussent à foison, du pourpier et des carottes sauvages, si semblable à la mortelle ciguë. Un moulin, posé au sommet d’un champ pelé attire à lui tous les vents. Il se tient droit pourtant. Il se tient fier dirait ma grand-mère.

Les dîners se succèdent, éclairés à la bougie, dans la fraîcheur inhabituelle du jardin, l’été, accompagnés d’un concert de grillons. Des pluies d’étoiles filantes se déversent dans le ciel. On approche du quinze août. Les tomates, que cultive mon père, sont charnues et sucrées. Sa passion potagère nous ravie.

Le marché du samedi se montre prospère en été. J’achète un gros bouquet de fleurs à sécher et quelques branches d’amour en cage. Cela égaiera ma table l’hiver prochain.

Nous nous promenons dans les bastides, dans de tous petits villages perdus de Dordogne qui surplombent la vallée. Je veux toujours m’y arrêter, changer de vie m’y installer. Ce désir me reprend chaque été. L’hiver, j’oublie.

Et puis un jour il nous faut partir. On reprend la route, gorgés de fruits murs et de grillades au romarin. Notre malle à pique nique déborde de légumes du jardin, de miel et de fromages de chèvres. La route sera longue pour rentrer à Paris. On épouse le rythme des départementales et des piques niques en pleins champs. C’est le week end, nous sommes seuls à perte de vue. L’autoroute doit être surchargé. On veut saisir les dernières beautés du paysage jusqu’au dernier moment. Repousser encore un peu le moment où les vacances se terminent. Un soir nous dormons près de Poitiers, je fais la sieste dans le verger de la demeure qui nous accueille. La rentrée n’arrivera jamais. 

 

Bastide de Monpazier-Dordogne

Bastide de Monpazier-Dordogne

Publicités